Blason  Abbaye Saint-Joseph de Clairval

21150 Flavigny-sur-Ozerain

France


[This letter in English]
[Dieser Brief auf deutsch]
[Deze brief in het Nederlands]
[Esta carta en español]
[Questa lettera in italiano]
1 octobre 2003
Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face


Bien cher Ami de l'Abbaye Saint-Joseph,

«Prière pour la paix, le Rosaire est aussi, depuis toujours, la prière de la famille et pour la famille. Il fut un temps où cette prière était particulièrement chère aux familles chrétiennes et en favorisait certainement la communion. Il ne faut pas perdre ce précieux héritage... Je me tourne vers vous, frères et soeurs de toute condition...: reprenez avec confiance le chapelet entre vos mains... Que mon appel ne reste pas lettre morte!» Ainsi s'exprimait le Saint-Père dans la Lettre apostolique Rosarium Virginis Mariæ du 16 octobre 2002, instituant une année du Rosaire (n. 41). Alors que cette année n'est pas achevée, l'exemple d'une sainte qui a su répondre à l'appel de Notre-Dame peut nous encourager à vivre avec Marie, car la dévotion à Marie forme d'authentiques serviteurs de Jésus-Christ. Cette dévotion peut se concrétiser pour nous, par la récitation du Rosaire.

Le 20 septembre 1801, dans l'ancien monastère de Sainte-Claire, à Carignano, en Piémont (Italie), non loin de Gênes, des ouvriers fouillent des tombes sous le pavement, espérant y trouver des objets de valeur ou tout au moins du plomb. Dans un cercueil, ils découvrent le corps absolument intact d'une femme. L'inscription révèle qu'il s'agit de Virginie Centurione, épouse de Gaspard Bracelli, morte à 65 ans le 15 décembre 1651, c'est-à-dire cent cinquante ans plus tôt. L'autorité civile, passablement anticléricale (le Piémont est alors sous la domination de Napoléon) s'efforce de tempérer l'enthousiasme que cette merveilleuse découverte suscite dans la population génoise. Le notaire Piaggio est chargé de démontrer scientifiquement que la conservation de ce corps résulte d'un embaumement. Mais lorsqu'il trouve le cadavre souple et flexible, Maître Piaggio abandonne l'examen et avise les soeurs de Bessagno que les restes de leur fondatrice ont été identifiés. Cet acte de sincérité, considéré par le gouvernement comme une trahison, lui vaut d'être rayé de la liste des notaires. Ne pouvant désormais exercer son métier, il accepte de vivre dans la plus grande pauvreté et s'emploie à rechercher les souvenirs concernant la défunte, en vue de sa glorification.

Née le 8 avril 1587, Virginie Centurione appartient à la riche noblesse génoise tant par sa mère que par son père. Celui-ci a exercé des responsabilités à la bataille de Lépante (1571) puis à la Diète de Ratisbonne (1582); après avoir rempli la charge d'ambassadeur à Madrid en 1599, il devient doge de Venise pour les années 1621 et 1622. Femme extraordinaire par sa piété, son intelligence, et sa beauté, Virginie souhaite se consacrer à Dieu dans la vie religieuse, mais, à l'âge de quinze ans, on la contraint à épouser un autre noble, Gaspard Bracelli, âgé de dix-neuf ans. Malgré la naissance de deux filles, Lelia et Isabelle, le ménage n'est guère heureux. Le mari ne songe qu'au jeu et au plaisir, au point de devenir victime de sa vie dissolue. Les médecins l'envoient se soigner à Alexandrie (Italie), sous un meilleur climat.

Le père de Virginie conseille alors à sa fille de se séparer de son mari, mais elle refuse et rejoint celui-ci. Le dévouement de son épouse touche le coeur de Gaspard qui se convertit et meurt chrétiennement à vingt-quatre ans, laissant une veuve de vingt ans. Malgré les instances de sa famille, Virginie refuse énergiquement de se remarier. Elle s'occupe de l'éducation de ses deux filles. Isabelle aura vingt et un enfants, dont dix se consacreront au service de Dieu; elle-même finira ses jours comme moniale. Quant à Lelia, elle mourra assez jeune et ses deux filles entreront en religion.

Se divertir, ou sauver les âmes?

Une nuit, Notre-Dame des Sept Douleurs avertit Virginie que son Fils désire la voir secourir les pauvres. C'est pourquoi, avec intrépidité et malgré les récriminations des siens, elle se rend d'abord sur les bateaux pour réconforter les galériens. C'est un beau scandale aux yeux de toute la ville et de sa noble famille, que de voir une dame de son rang s'abaisser ainsi jusqu'à «la lie du peuple». «Pourquoi, réplique-t-elle, aller sur les navires pour se divertir et ne pas s'y rendre pour sauver les âmes?»

Cette intervention de la Très Sainte Vierge Marie en faveur des pauvres nous montre que sa mission de «servante» du Seigneur n'est pas achevée. «Après son Assomption au ciel, le rôle de la Sainte Vierge dans le salut ne s'interrompt pas: par son intercession répétée, elle continue à nous obtenir les dons qui assurent notre salut éternel... Son amour maternel la rend attentive aux frères de son Fils dont le pèlerinage n'est pas achevé, ou qui se trouvent engagés dans les périls et les épreuves, jusqu'à ce qu'ils parviennent à la patrie bienheureuse» (Vatican II, Lumen gentium, 62). L'Église exprime sa foi en cette vérité en invoquant Marie sous les titres d'Avocate, d'Auxiliatrice, de Secourable, de Médiatrice.

«Tu resteras avec moi»

Une nuit d'hiver de 1630, tandis qu'elle prie chez elle, Virginie entend un cri dans la rue: aussitôt elle envoie un de ses domestiques voir ce qui se passe. La plainte vient d'une fillette, à demi-morte de froid et de faim. Virginie accueille alors l'enfant et, tandis que celle-ci se réchauffe, elle lui dit: «Tu resteras avec moi, tu seras ma fille». Sa véritable mission lui apparaît: recueillir les fillettes abandonnées ou misérables. Aussitôt, elle part à leur recherche et, en quelques jours, quinze sont recueillies; bientôt elle en aura quarante. Pour les recevoir, elle loue à la duchesse de Tursi le couvent du Mont-Calvaire, et les enfants se rendent processionnellement, le 13 avril 1631, dans leur nouvelle maison qui prend le nom de «Notre-Dame du Refuge sur le Mont-Calvaire».

Le patrimoine de Virginie n'est cependant pas inépuisable: sans hésiter, la noble dame va mendier dans les rues, les magasins et les palais afin de nourrir ses protégées. En 1633, alors que ses protégées sont plus de deux cents, elle loue à son gendre, le mari de Lelia, un autre palais qui appartenait autrefois à son propre mari, sur la rive du torrent de Bisagno: d'où le nom de «Filles de Bisagno» donné aux jeunes filles qui y habitent. Une troisième maison, ouverte par la suite à Carignano, devient en quelque sorte la Maison-Mère. La fondatrice y possède sa chambrette meublée d'une vieille armoire, d'un prie-Dieu, de deux tabourets, d'un bureau et, en guise de lit, de deux tréteaux supportant quelques planches.

Le nombre des enfants recueillis atteignant bientôt les cinq cents, Virginie ne peut à elle seule administrer une telle communauté; le Sénat de la République de Gênes nomme des protecteurs particulièrement charitables, trois d'abord, puis un quatrième, Emmanuel Brignole. À cette époque, imitant sainte Catherine de Gênes (1477-1510), Virginie commence à envoyer ses plus grandes filles soigner les malades à l'hôpital Pammatone. Plus tard, lors d'une épidémie, en 1656-1657, cinquante-trois d'entre elles mourront victimes de leur dévouement.

Vers 1644, Virginie rédige à leur intention des constitutions: elles observeront l'Évangile à la perfection, et travailleront à la conversion des pécheurs par le moyen de la prière, de la mortification et du service des malades. Enthousiaste admirateur de la fondatrice, Emmanuel Brignole organise la vie de travail, d'étude, d'éducation religieuse, de soins domestiques de la maison. Il s'y adonne avec tant de zèle que les «Soeurs de Notre-Dame du Refuge sur le Mont Calvaire» sont appelées par le peuple, les «Brignolines».

Retirée dans la maison de Carignano, Virginie Centurione quitte cette terre pour le Ciel le 15 décembre 1651, et elle est inhumée le lendemain dans l'église du monastère de Sainte-Claire. Quant à ses filles, elles continuèrent leur apostolat charitable en divers hôpitaux de Gênes ou en des maisons d'accueil pour les pauvres. Au début du troisième millénaire, elles sont presque 200 religieuses, réparties en plus de 30 maisons en Italie, en Inde, en Afrique Centrale et en Amérique latine.

La lumière d'un message

Le dimanche 22 septembre 1985, sa Sainteté le Pape Jean-Paul II a béatifié Virginie Centurione Bracelli, à Gênes; dans son homélie, il disait: «Si l'un de vous veut être le premier, qu'il soit le dernier de tous et le serviteur de tous (Mc 9, 35)... Être le serviteur de tous, c'est la mission que le Fils de Dieu a embrassé en devenant le «Serviteur» souffrant du Père pour la Rédemption du monde. Jésus illustre par un geste admirable la signification qu'il veut donner au mot «serviteur»: aux disciples préoccupés de connaître qui d'entre eux est le plus grand, il enseigne qu'il est nécessaire au contraire de se mettre à la dernière place, au service des plus petits: Il prit un petit enfant, il le plaça au milieu d'eux, et après l'avoir embrassé, il leur dit: Celui qui accueille un de ces petits enfants en mon nom, c'est moi qu'il accueille (Mc 9, 37)... La vie de Virginie Centurione semble se dérouler toute entière à la lumière de ce message: renoncer à ses biens propres, afin de servir et d'accueillir les humbles, les mendiants, de se consacrer aux derniers, aux personnes les plus négligées par les hommes... Un amour profond pour le Christ et un amour authentique envers les pauvres et les nécessiteux: voilà le message que Virginie répète en cette circonstance à la ville de Gênes, telle qu'elle est aujourd'hui... Gênes est une ville consacrée à la Vierge, véritablement ville de la Vierge, parce que Virginie Centurione voulut que Marie soit déclarée et proclamée Reine de cette ville...»

À l'exemple de la Bienheureuse Virginie Centurione, tournons-nous vers la Très Sainte Vierge. Le Pape Jean-Paul II nous invite à nous adresser à Marie par la récitation du Rosaire. Déjà, au début de son pontificat, il disait: «L'Église nous propose une prière toute simple, le Rosaire, le chapelet, qui peut calmement s'échelonner au rythme de nos journées. Le Rosaire, lentement récité et médité en famille, en communauté, personnellement, vous fera entrer peu à peu dans les sentiments du Christ et de sa Mère, en évoquant tous les événements qui sont la clef de notre salut. Avec Marie, vous ouvrirez votre âme à l'Esprit-Saint, pour qu'Il inspire toutes les grandes tâches qui vous attendent» (6 mai 1980).

En effet, de même que les enfants imitent ce que font leurs parents, qu'ils apprennent leur langage en les entendant parler, de même ceux qui récitent le Rosaire et considèrent sérieusement et dévotement les vertus de Jésus-Christ dans les mystères de sa vie, deviennent semblables à ce divin Maître, avec le secours de sa grâce et par l'intercession de la Sainte Vierge. «De la récitation du saint Rosaire, pratiquée de façon à produire son plein effet, découleront, non seulement pour les individus en particulier, mais pour toute la société chrétienne, les avantages les plus précieux», affirmait le Pape Léon XIII (Encyclique Lætitiæ sanctæ, 8 septembre 1893). Le même Souverain Pontife explicitait les bienfaits qui découlent de la méditation des mystères joyeux: «Les grands exemples de modestie et d'humilité, de patience dans le travail, de bienveillance envers le prochain, d'un parfait accomplissement des menus devoirs de la vie privée et de toutes les vertus (de la sainte Famille de Nazareth) ne sauraient être médités ni se fixer ainsi peu à peu dans la mémoire, sans qu'insensiblement il n'en résulte une salutaire transformation dans les pensées et dans les habitudes de la vie».

Dans la vie de chaque jour

En proposant la contemplation des mystères lumineux, le Pape Jean-Paul II écrivait: «Passant de l'enfance de Jésus et de la vie à Nazareth à sa vie publique, nous sommes amenés à contempler ces mystères que l'on peut appeler, à un titre spécial, «mystères de lumière». En réalité, c'est tout le mystère du Christ qui est lumière. Il est la lumière du monde (Jn 8, 12). Mais cette dimension est particulièrement visible durant les années de sa vie publique, lorsqu'il annonce l'Évangile du Royaume... Comment, dans les mystères lumineux, pourrait-on suivre les pas du Christ qui révèle le Père, sans s'engager à témoigner de ses béatitudes dans la vie de chaque jour?» (Rosarium Virginis Mariæ, 21; 40).

Des mystères douloureux, le Pape Léon XIII disait: «Quiconque contemplera fréquemment, non pas seulement des yeux du corps, mais par la pensée et la méditation, d'aussi grands exemples de force et de vertu (que ceux de Jésus et de Marie pendant la Passion) comment ne brûlerait-il pas du désir de les imiter?... Mais quand nous parlons de patience, nous n'entendons nullement cette vaine ostentation d'une âme endurcie à la douleur... mais bien cette patience qui prend modèle sur celui qui, renonçant à la joie qui lui était proposée, a enduré, sans avoir de honte, l'humiliation de la croix (He 12, 2)».

Quant aux mystères glorieux, il ajoutait: «Dans les mystères glorieux, nous apprenons que la mort n'est pas une ruine qui ne laisse rien derrière elle, mais le passage d'une vie à une autre, et que le chemin du ciel est ouvert à tous. Quand nous y voyons monter le Christ Jésus, nous nous rappelons sa promesse de nous y préparer une place (Jn 14, 2). Le saint Rosaire nous fait souvenir qu'il y aura un temps où Dieu séchera toute larme de nos yeux, où il n'y aura plus de deuil, ni de gémissement, ni aucune douleur, où nous demeurerons toujours avec le Seigneur, semblables à Dieu parce que nous le verrons comme Il est; nous serons enivrés du torrent de ses délices, concitoyens des saints, et donc de la bienheureuse Vierge, notre Mère... Comment une âme qui se nourrit de semblables pensées, ne se consolerait-elle pas, en songeant qu'une légère tribulation momentanée produit en nous un poids éternel de gloire (cf. 2 Co 4, 17)? En vérité, là seulement est le secret d'unir, comme il convient, le temps à l'éternité, la cité terrestre à la cité céleste, et de former des caractères nobles».

Ainsi, par la contemplation des mystères, le Rosaire développe-t-il en nous la foi. Le Pape Léon XIII écrivait: «Le Rosaire offre un moyen pratique d'inculquer et de faire pénétrer dans les esprits les dogmes principaux de la foi chrétienne... Le chrétien est tellement préoccupé par les soucis divers de la vie et si facilement distrait par les choses futiles, que, s'il n'est pas souvent averti, il oublie peu à peu les choses les plus importantes et les plus nécessaires, et qu'il arrive que sa foi languisse et même s'éteigne... Le Rosaire amène à contempler et à vénérer successivement les principaux mystères de notre religion... C'est pourquoi on peut affirmer sans exagération que chez les personnes, dans les familles et parmi les peuples où la pratique du Rosaire est restée en honneur comme autrefois, il n'y a pas à craindre que l'ignorance et les erreurs empoisonnées détruisent la foi» (Encyclique Magnæ Dei Matris, 7 septembre 1892).

Régénérer les peuples

Pour que la récitation du Rosaire ait toute son efficacité spirituelle, saint Louis-Marie Grignion de Montfort nous rappelle les dispositions à y apporter. Tout d'abord, il est nécessaire que la personne qui récite le saint Rosaire soit en état de grâce ou du moins dans la résolution de sortir de son péché, si elle a commis quelque péché grave. Cependant, le saint Rosaire est conseillé à tout le monde: aux justes pour persévérer et croître dans la grâce de Dieu, et aux pécheurs pour sortir de leurs péchés. La Sainte Vierge dit un jour au bienheureux Alain de la Roche (1428-1475): « Comme Dieu a choisi le salut angélique (Je vous salue, pleine de grâce; cf. Lc 1, 28) pour l'Incarnation de son Verbe et la Rédemption des hommes, ainsi, ceux qui désirent réformer les moeurs des peuples et les régénérer en Jésus-Christ me doivent honorer et saluer par le même salut« Je suis, ajouta-t-elle, la voie par laquelle Dieu est venu aux hommes, et après Jésus-Christ, ils obtiennent la grâce et les vertus par mon moyen».

Mais, il ne suffit pas d'exprimer nos demandes par le Rosaire; il convient encore d'y apporter une grande attention, car Dieu écoute plutôt la voix du coeur que celle de la bouche. Prier Dieu avec des distractions «volontaires» serait, en effet, une grande irrévérence. On ne peut guère, à la vérité, réciter le Rosaire sans avoir quelques distractions «involontaires»; il est même bien difficile de dire un seul Ave Maria sans que notre imagination ne nous ôte quelque chose de notre attention: «Comme il n'y a point de prière plus méritoire à l'âme et plus glorieuse à Jésus et à Marie que le Rosaire bien dit, affirme saint Louis-Marie, il n'y en a point aussi qui soit plus difficile à bien dire et dans laquelle il soit plus difficile de persévérer, à cause particulièrement des distractions qui viennent comme naturellement dans la répétition si fréquente de la même prière» (Le secret du Rosaire). Remarquons que l'habitude de regarder le flot d'images déversées par la télévision et les médias fait perdre beaucoup de temps, multiplie les distractions et entrave la récitation du Rosaire.

Sans voir, sentir, ni goûter

Saint Louis-Marie nous exhorte donc à continuer avec courage, «quoique, dit-il, pendant tout votre Rosaire, votre imagination n'ait été remplie que de pensées extravagantes, que vous avez tâché de chasser du mieux que vous avez pu, dès que vous vous en êtes aperçu... S'il faut que vous combattiez, pendant tout votre Rosaire, contre les distractions qui vous viennent, combattez vaillamment les armes au poing, c'est-à-dire en continuant votre Rosaire, quoique sans aucun goût ni consolation sensible... N'omettez jamais la moindre partie de votre Rosaire dans vos sécheresses, vos dégoûts et vos délaissements intérieurs: ce serait une marque d'orgueil et d'infidélité; mais comme un brave champion de Jésus et Marie, sans rien voir, ni sentir, ni goûter, dites tout sèchement vos Pater et Ave, en regardant le mieux que vous pouvez les mystères. Ne désirez point le bonbon et les confitures des enfants pour manger votre pain quotidien; mais, pour imiter Jésus-Christ plus parfaitement dans son agonie, prolongez quelquefois votre Rosaire, lorsque vous sentirez plus de peine à le réciter, afin qu'on puisse dire de vous ce qui est dit de Jésus-Christ, lorsqu'Il était dans l'agonie de la prière: Il priait encore plus longtemps (Lc 22, 43)» (Ibid.).

On peut réciter le Rosaire en accomplissant un travail manuel, car le travail manuel n'est pas toujours contraire à la prière vocale. Si on ne peut trouver assez de temps pour dire tout un Rosaire à la suite, il est possible d'en dire une dizaine ici, une dizaine là, en sorte que malgré toutes les occupations et affaires, au moins un chapelet entier soit achevé, avant le coucher. Mais la récitation du chapelet en famille ou avec d'autres est encore meilleure.

La prière du Rosaire demande humilité, foi et beaucoup de confiance, selon les paroles de Jésus-Christ: Croyez que vous recevrez de Dieu ce que vous lui demanderez, et Il vous exaucera (Mc 11, 24). Le plus grand désir qu'ait le Père éternel à notre égard, c'est de nous communiquer les eaux salutaires de sa grâce et de sa miséricorde. C'est faire plaisir à Jésus-Christ de lui demander ses grâces, et si on ne le fait pas, Il s'en plaint amoureusement: Jusqu'ici vous ne m'avez rien demandé... Demandez, vous obtiendrez; cherchez, vous trouverez; frappez, la porte vous sera ouverte (Jn 16, 24 - Mt 7, 7). De plus, pour nous donner encore plus de confiance à le prier, Il a engagé sa parole en affirmant que le Père éternel nous accorderait tout ce que nous lui demanderions en son nom (Jn 16, 23).

Mais à notre confiance, joignons la persévérance dans la prière. Seul, celui qui persévérera à demander, à chercher et à frapper, recevra, trouvera et entrera (cf. Mt 24, 13). Il ne suffit pas de demander quelques grâces à Dieu pendant un mois, un an, dix ans, vingt ans; il ne faut pas se lasser, mais demander jusqu'à la mort. Dieu fait parfois longtemps chercher et demander les grâces qu'il veut accorder, afin de les augmenter encore davantage, afin que la personne qui les recevra en ait une grande estime et afin qu'elle se garde de les perdre après les avoir reçues, car on n'estime pas beaucoup ce qu'on obtient en un moment et à peu de frais.

Demandons à la Bienheureuse Virginie Centurione de nous aider à prier la Sainte Vierge et à nous abandonner à Dieu, selon sa propre formule: «Me remettre en tout et pour tout entre les mains de Celui qui m'a créé, de Celui qui m'aidera plus que je ne peux le penser».

Dom Antoine Marie osb, abbé

Pour publier la lettre de l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval dans une revue, journal, etc. ou pour la mettre sur un site internet ou une home page, une autorisation est nécessaire. Elle doit nous être demandée par email ou à travers http://www.clairval.com.

Index des lettres  - Page d'accueil

Webmaster © 1996-2017 Traditions Monastiques