6 janvier 1997
Épiphanie de Notre-Seigneur


Bien cher Ami de l'Abbaye Saint-Joseph,

«Le nombre croît de ceux qui, face à l'évolution présente du monde, se posent les questions les plus fon- damentales ou les perçoivent avec une acuité nouvelle. Qu'est-ce que l'homme? Que signifient la souffrance, le mal, la mort?  Qu'adviendra-t-il après cette vie?» (Vatican II, Gaudium et spes, 10). La question du but de notre vie compte parmi les plus fondamentales. La réponse qu'on y apporte conditionne l'orientation de tous nos actes. Et cependant, face à ce grand problème, nos contemporains sont souvent désemparés. L'histoire suivante nous aidera à le comprendre.

LE NORD, AU DEGRÉ PRÈS
De nuit, en pleine tempête tropicale et à dix mille mètres au-dessus du Pacifique déchaîné, le commandant de bord du Boeing 747 Tahiti-Hawaï explique lui-même la situation aux quatre cents passagers effrayés:
«L'appareil traverse une tête de cyclone culminant trop haut pour être survolée... comble de malchance, nous sommes en panne électrique totale... compas de secours hors service... Dérive importante à cause de vents très forts... aucune référence extérieure: ni étoile, ni repère... à la dernière goutte de carburant, dans deux heures, les réacteurs s'éteindront».
Une voix étranglée questionne: «Que vous faudrait-il, commandant, pour nous tirer de là? - Le Nord! La direction du nord au degré près... sinon nous risquons de tourner en rond.. une seule direction peut nous ramener sur cette île, et j'ai absolument besoin du nord pour la calculer».
1er passager: «Commandant, ma femme est très intuitive, c'est héréditaire, elle sent les choses; le nord est par là...» - 2e passager: «Pas du tout! La radiesthésie est une science très sûre et j'ai mon pendule: Constatez!...» - 3e passager: «Mais non! En parapsychologie, on pratique la transmission de pensée: en me concentrant sur les ondes cérébrales du contrôleur radar de Hawaï, je vais recevoir la bonne direction...» - 4e passager: «Erreur! C'est l'astrologie qui nous sauvera. Dans mon horoscope de ce jour, le succès m'est garanti pour tous mes choix, profitez-en et virez donc par là...» - 5e passager: «Permettez! C'est ma huitième réincarnation. Dans mon existence passée, j'étais pigeon voyageur...» - 6e passager: «S'il vous plaît! De quel droit affirmer ainsi de façon péremptoire et exclusive vos convictions privées? Étant tous concernés dans cette affaire publique, au nom du respect, de la tolérance, et de la liberté, que par un suffrage démocratique chacun s'exprime, et que la majorité dégage un consensus quant à la direction du Nord...» Etc.
Jusqu'au 7e passager qui, lui, tenait une boussole. C'était un modèle ancien qui ne payait pas de mine, mais qui, tout de même, indiquait le Nord. Sauvés? Pas si vite! Écoutez le concert de protestations et de doutes qui s'élève contre le porteur de boussole. Entendez-vous le vacarme des susceptibilités et des amours-propres froissés? Enfin, est-ce bien vraisemblable qu'un seul ait raison contre tous? Qui est-il donc, pour affirmer qu'il est le seul détenteur de la vérité!

L'UNIQUE RÉPONSE
Dans la société moderne, comme dans le Boeing de cette histoire fictive1, de nombreuses personnes se trouvent "déboussolées", par rapport aux questions fondamentales sur l'homme, sur le sens de la vie, sur la vérité; désorientées, elles cherchent en vain des réponses dans les théories en vogue aujourd'hui: matérialisme, réincarnation, sectes, Nouvel Âge, etc. Le Saint-Père, lui, réoriente dans la bonne direction lorsqu'il écrit: «Pour l'homme qui cherche la vérité, la justice, le bonheur, la beauté, la bonté, sans arriver à les trouver par ses seules forces, et qui reste insatisfait devant les propositions que lui offrent les idéologies de l'immanentisme et du matérialisme, pour l'homme qui frôle ( ) l'abîme du désespoir et de l'ennui ou qui se sclérose dans une jouissance stérile et autodestructrice des sens - pour l'homme qui porte imprimée en lui, dans son esprit et dans son coeur, l'image de Dieu et qui sent en lui la soif de l'absolu - l'unique réponse, c'est le Christ. Le Christ vient au-devant de l'homme pour le libérer de l'esclavage du péché et pour lui rendre sa dignité originelle» (Jean-Paul II, Ouvrez les portes au Rédempteur, 23 décembre 1982).
Dans la tourmente du monde moderne, nous avons donc une boussole qui nous indique le Nord: Notre-Seigneur Jésus-Christ, le Fils de Dieu fait homme, qui continue sa mission sur la terre par l'Église Catholique, son "Corps Mystique". Mais, pour certains de nos contemporains, Jésus-Christ n'est pas Dieu, et l'existence même de Dieu ne peut être prouvée. À l'inverse, le Catéchisme de l'Église Catholique affirme, avec le Concile Vatican I: «La Sainte Église, notre mère, tient et enseigne que Dieu, principe et fin de toutes choses, peut être connu avec certitude par la lumière naturelle de la raison humaine à partir des choses créées» (CEC 36).
La grandeur et la beauté des créatures font, par analogie (par ressemblance), contempler leur Auteur (Sg 13, 5). «Interroge la beauté de la terre, interroge la beauté de la mer, interroge la beauté de l'air qui se dilate et se diffuse, interroge la beauté du ciel... interroge toutes ces réalités. Toutes te répondent: Vois, nous sommes belles. Leur beauté est un témoignage. Ces beautés sujettes au changement, qui les a faites sinon l'immuable Beau (Dieu)?» (Saint Augustin, Sermon 241, 2). «Alors que toutes les créatures ont reçu de Dieu tout leur être et leur avoir, Lui seul est son être même et Il est de Lui-même tout ce qu'Il est». Dieu étant la plénitude de l'Être et de toute perfection, sans origine et sans fin, est nécessairement Unique (cf. CEC 213, 228).
Plusieurs religions se réclament de ce Dieu unique, mais elles se contredisent sur des points importants (par exemple sur la divinité de Jésus-Christ, ou sur la primauté du Pape ). Or, Dieu ne peut pas se contredire. S'Il a révélé une religion, elle est nécessairement unique. Le Pape Paul VI, dans l'Encyclique Ecclesiam suam, après avoir fait mention des diverses religions monothéistes, ajoute: «Nous ne pouvons évidemment partager ces différentes expressions religieuses, ni ne pouvons demeurer indifférent, comme si elles s'équivalaient toutes, chacune à sa manière, et comme si elles dispensaient leurs fidèles de chercher si Dieu Lui-même n'a pas révélé la forme exempte d'erreur, parfaite et définitive, sous laquelle Il veut être connu, aimé et servi; au contraire, par devoir de loyauté, nous devons manifester notre conviction que la vraie religion est unique et que c'est la religion chrétienne, et nourrir l'espoir de la voir reconnue comme telle par tous ceux qui cherchent et adorent Dieu» (6 août 1964). Le Concile Vatican II déclare, dans le même sens: «Dieu a lui-même fait connaître au genre humain la voie par laquelle, en le servant, les hommes peuvent obtenir le salut et parvenir à la béatitude. Cette unique vraie religion, nous croyons qu'elle subsiste dans
l'Église catholique et apostolique à qui le Seigneur Jésus a confié le mandat de la faire connaître à tous les hommes, lorsqu'Il a dit aux apôtres: Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit (Mt 28, 19-20)» (Dignitatis humanæ).

QUAND DIEU PARLE
L'Église catholique est la religion révélée par Dieu, parce qu'elle a été fondée par Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai homme. Les Évangiles, livres indubitablement historiques, rapportent la vie de Jésus-Christ, le seul personnage de l'histoire qui se soit dit Dieu et qui ait prouvé la vérité de ses dires par des miracles que Dieu seul peut faire (par exemple, la résurrection de Lazare, Jn 11, 1-44). Il y a là un fait capital, comme le remarquait Mgr Vernon Johnson, pasteur anglican devenu prêtre catholique: «Nous voici en présence du fait le plus écrasant de l'histoire du genre humain: Dieu Lui-même -c'est un fait historique-, est venu sur la terre; ce n'est pas un maître insigne ou un grand prophète, mais Dieu Lui-même en la personne de Jésus-Christ qui a vécu parmi les hommes. Pourquoi? Afin de montrer à l'homme le moyen de se sauver. Quand Notre-Seigneur Jésus-Christ parle, c'est Dieu qui parle. Il résulte que son enseignement ne peut se modifier, car la Vérité ne peut se contredire. Il ne demeure pas le privilège d'une nation, il est l'apanage de l'humanité tout entière. Quand Dieu parle, l'humanité doit écouter et obéir» (Un Seigneur, une Foi, ch. iv). Celui qui refuserait d'écouter Dieu et de lui obéir, se condamnerait lui-même pour l'éternité.
Pour continuer sa mission au long des siècles, Jésus-Christ a voulu instituer une "Église" visible et hiérarchique; Il a déclaré à saint Pierre: Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église (Mt 16, 18). Cette Église est dotée de nombreux signes qui font apparaître clairement son origine divine: «À cause de son admirable propagation, de son éminente sainteté, de son inépuisable fécondité en tous biens, à cause de son unité catholique et de sa solidité invincible, elle est par elle-même un grand et perpétuel motif de crédibilité et un témoignage irréfutable de sa mission divine» (Concile Vatican I, Dei Filius, ch. 3).

UN TÉMOIN PASSIONNÉ
La mission divine de l'Église s'étend à toute la terre et à tous les temps, selon la parole de Jésus: Allez donc, enseignez toutes les nations. «Notre religion doit être enseignée à toutes les nations et propagée même parmi les Chinois, afin qu'ils connaissent le vrai Dieu et possèdent le bonheur au ciel», affirmait avec courage saint Jean-Gabriel Perboyre, missionnaire en Chine, devant un mandarin chargé de l'interroger. Ce dernier reprit: «Que pourrez-vous gagner en adorant votre Dieu? - Le salut de mon âme, le ciel où j'espère monter après ma mort».
Le 2 juin 1996, lors de la canonisation de saint Jean-Gabriel Perboyre, le Pape Jean-Paul II disait de lui: «Il avait une unique passion, le Christ et l'annonce de son Évangile. C'est par fidélité à cette passion que, lui aussi, a été mis au rang des humiliés et des condamnés, et qu'aujourd'hui l'Église peut proclamer solennellement sa gloire dans le choeur des saints du ciel».
En 1817, Jean-Gabriel, âgé de 15 ans, entre, avec son frère aîné Louis, au petit séminaire de Montauban (France), dirigé par les Prêtres de la Mission ou Lazaristes, fils spirituels de saint Vincent de Paul. Il y éprouve le désir de se consacrer aux Missions en pays païen. Après avoir fait son noviciat à Montauban, il est envoyé à Paris pour ses études de théologie, puis ordonné prêtre. En 1832, son frère Louis, embarqué comme prêtre lazariste pour la Mission de la Chine, meurt de la fièvre au cours de la traversée. Aussitôt, Jean-Gabriel annonce à sa famille son désir de partir prendre le poste laissé libre par la mort de son frère.
Mais ses supérieurs n'en jugent pas ainsi, à cause de sa santé défaillante. Ils le nomment sous-directeur du séminaire parisien des Lazaristes. Adjoint très actif d'un directeur de séminaire âgé, il a pour principe d'enseigner beaucoup plus par l'exemple que par la parole. Il communique aux novices son amour pour Jésus: «Le Christ est le grand Maître de la science. Seul Il donne la vraie lumière... Il n'y a qu'une seule chose importante: connaître et aimer Jésus-Christ, car Il est non seulement la Lumière, mais le Modèle, l'Idéal  Alors il ne suffit pas de Le connaître, il faut L'imiter  Nous ne pouvons parvenir au salut que par la conformité avec Jésus-Christ». Il écrit à l'un de ses frères: «N'oublie pas que l'affaire du salut est l'affaire dont on doit s'occuper avant tout, par-dessus tout et toujours».
Cependant, il garde au coeur le désir ardent de partir en mission; montrant aux séminaristes les souvenirs du martyre de François-Régis Clet qu'on apporte à Paris, il leur dit: «Voici l'habit d'un martyr  quel bonheur si nous avions un jour le même sort!» Aussi demande-t-il: «Priez donc bien pour que ma santé se fortifie et que je puisse aller en Chine, afin d'y prêcher Jésus-Christ et de mourir pour Lui».
Enfin, il obtient de ses supérieurs la faveur du départ pour la Chine, où il arrive le 10 mars 1836. Son zèle pour le salut des âmes lui fait supporter la faim et la soif pour la plus grande gloire de Dieu. Il se tient toujours prêt, de jour comme de nuit, à courir partout où son ministère l'appelle. Il ne compte pour rien les fatigues ni les veilles. De plus, de violentes tentations de désespoir viennent l'assaillir. Mais Notre-Seigneur lui apparaît, le console, et la joie revient dans l'âme de l'apôtre.

EN PROIE AUX SOUFFRANCES
En 1839, une persécution contre les chrétiens se déclenche. Le 15 septembre, le Père Perboyre et son confrère, le Père Baldus, se trouvent dans leur résidence de Tcha-Yuen-Keou. Tout à coup, on leur annonce l'arrivée d'une troupe armée. Les missionnaires s'enfuient chacun de son côté pour ne pas tomber tous deux au pouvoir des ennemis. Jean-Gabriel se cache dans une épaisse forêt. Mais dans la journée du lendemain, il est trahi, pour trente taëls (monnaie chinoise) de récompense, par un malheureux catéchumène. Les soldats lui arrachent ses vêtements, le revêtent de haillons, le garrottent et s'en vont à l'auberge fêter leur prise.
Interrogé par le mandarin de la sous-préfecture, Jean-Gabriel répond avec fermeté qu'il est européen et prédicateur de la religion de Jésus. Alors on commence à le torturer, mais de peur qu'il ne succombe, on le fait asseoir sur une banquette à laquelle ses jambes sont fortement attachées. Le saint prêtre passe ainsi la nuit, en bénissant Jésus qui lui fait l'honneur de l'associer à ses souffrances. Transféré à la préfecture, au terme d'un très pénible voyage à pied, les fers au cou, aux mains et aux pieds, il subit quatre interrogatoires. Pour le faire parler, on le met à genoux de longues heures sur des chaînes de fer. Puis on le suspend par les pouces et on lui administre sur le visage quarante coups de semelle de cuir pour lui faire renier sa foi. Mais, soutenu par la grâce de Dieu, il souffre tout sans se plaindre.
Il est envoyé ensuite à Ou Tchang Fou, devant le vice-roi, où il doit répondre à une vingtaine d'interrogatoires. Le vice-roi veut l'obliger à marcher sur un crucifix, mais en vain. On le frappe à coups de lanières de cuir et de bâton de bambou jusqu'à épuisement, ou bien on l'élève à une grande hauteur à l'aide de poulies, et on le laisse retomber à terre de tout son poids. L'âme du saint prêtre reste unie à Dieu. «Tu es donc toujours chrétien? - Oh oui! Et j'en suis heureux!» Finalement, le vice-roi le condamne à être étranglé; mais comme la sentence ne peut être exécutée qu'après la ratification de l'empereur, Jean-Gabriel Perboyre reste encore quelques mois dans sa prison.

« MÉCONNAISSABLE! »
Pendant que les mandarins le torturaient, aucun chrétien n'avait pu arriver jusqu'à lui; on se flattait sans doute de l'espoir qu'en le privant de tout secours, on parviendrait plus facilement à vaincre sa constance. Mais après le dernier interrogatoire, cette consigne sévère est adoucie. Un des premiers qui peut pénétrer dans la prison est un religieux lazariste chinois, nommé Yang. Quel spectacle déchirant s'offre à ses regards! Il demeure muet, répand d'abondantes larmes, et parvient avec peine à adresser quelques paroles au martyr. Le P. Jean-Gabriel désire se confesser, mais il est gêné par deux officiers du mandarin, qui se tiennent constamment à ses côtés. À la demande d'un chrétien qui accompagne le P. Yang, ils acceptent de s'écarter un peu, et le missionnaire peut faire sa confession.
Les autres prisonniers, condamnés de droit commun, témoins de la sainte vie du P. Jean-Gabriel, ne tardent pas à l'apprécier; des idées jusqu'alors inconnues se font jour dans leurs âmes endurcies. Admirateurs de tant de vertus, ils proclament qu'il a droit à toutes sortes de respects. Quant à lui, il est rempli de joie dans les souffrances, parce qu'elles le rendent plus conforme à son divin Modèle.

« C'EST TOUT CE QUE JE SOUHAITAIS »
Enfin, après un an dans les fers et les tortures, le 11 septembre 1840, il est conduit sur les lieux de l'exécution. On lui attache les bras et les mains à la barre transversale d'un gibet en forme de croix et on lui lie les pieds ensemble, au bas du poteau, sans qu'ils touchent le sol. Le bourreau lui met au cou une sorte de collier de corde dans lequel il passe un morceau de bambou. Avec une lenteur calculée, le bourreau serre par deux fois la corde autour du cou de sa victime. Une troisième torsion plus prolongée interrompt la prière continuelle du martyr, et le fait entrer dans la joie immense et éternelle de la Cour céleste. Il a 38 ans. Une croix lumineuse apparaît dans le ciel, visible jusqu'à Pékin. Au grand étonnement de tous, contrairement aux visages des condamnés par strangulation, celui de Jean-Gabriel est resté serein et a conservé son teint naturel.
«Le martyr rend témoignage au Christ, mort et ressuscité, auquel il est uni par la charité. Il rend témoignage à la vérité de la foi et de la doctrine chrétienne» (CEC 2473). Le sacrifice de saint Jean-Gabriel Perboyre a porté de nombreux fruits spirituels dont quelques-uns sont visibles: comme lui, beaucoup de chrétiens chinois ont donné leur vie pour le Christ; la religion chrétienne s'est développée en Chine jusqu'à nécessiter la création de quatorze vicariats apostoliques. Plus récemment, les persécutions du régime communiste n'ont pas réussi à éteindre la foi.
À nous-mêmes, saint Jean-Gabriel rappelle que: «Tous les chrétiens, partout où ils vivent, sont tenus de manifester par l'exemple de leur vie et le témoignage de leur parole, l'homme nouveau qu'ils ont revêtu par le baptême, et la force du Saint-Esprit qui les a fortifiés au moyen de la confirmation» (CEC 2472). Ce témoignage ne conduit pas toujours au martyre du sang, mais il comporte l'acceptation de la croix de chaque jour. Ayons à coeur de la porter avec amour, avec l'aide de la Très Sainte Vierge, et nous parviendrons au ciel, entraînant avec nous beaucoup d'âmes: «En dehors de la croix, il n'y a pas d'autre échelle par où monter au ciel» (Sainte Rose de Lima). C'est la grâce que nous demandons à saint Joseph, en ce début d'année, pour vous et tous ceux qui vous sont chers, vivants et défunts.

Dom Antoine Marie osb, abb

Pour publier la lettre de l'Abbaye Saint-Joseph de Clairval dans une revue, journal, etc. ou pour la mettre sur un site internet ou une home page, une autorisation est nécessaire. Elle doit nous être demandée par email ou à travers http://www.clairval.com.

Index des lettres  -  Page d'accueil

Webmaster © 2000 Traditions Monastiques